Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 22:04
Rappel d'un billet de 2007


Chaque jour apporte son lot de bonnes ou moins bonnes nouvelles. Chacun peut en juger!
 
Hier Dominique de Villepin a émis devant les Ministres de l'Education et de la Santé un souhait qui ne peut que nous réjouir : faire en sorte que avant la fin de l'année, sans doute la présente, un plan d'action soit mis en place pour " faire de la réussite de la scolarisation des élèves handicapés une réalité durable" (sic)
 
Bis repetita !
 
 
Il est vrai que le député UMP Guy Geoffroy venait de lui remettre un rapport (encore un) sur la scolarisation des enfants handicapés. Pourtant il semblait que la loi du 11 février 2005 portant sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées et la mise en place des MDPH, la situation devait s'améliorer sensiblement. Dix-huit mois après, le compte n'y est pas !  Qui peut s'en étonner ?
 
Qu'à cela ne tienne, on a la solution : un meilleur accompagnement. Sur les 151 530 élèves en situation de handicap, 18 589 sont accompagnés. Et avec la professionnalisation des auxiliaires de vie et une plus grande attractivité des emplois, le tour est joué. Voilà la clé de l'amélioration.
 
Une question: comment se fait-il qu'on y ait pas pensé avant, surtout depuis février 2005, qu'on n'y ait pas réfléchi ? Admettons : les propositions sont sans doute utiles pour produire une certaine amélioration qui n'aura d'effet  que d'améliorer un système sans changement. "Tout change et rien ne change" faisait dire De Lampedusa au "Guépard". On peut même ajouter : il faut  tout changer pour que rien ne change. Cependant, rien n'est plus simple. Il suffit  de lire la loi de 2005. La lire, enfin, dirions-nous ! En mesurer ltout le sens et toute la portée sociale. 
 
Et comme souvent ne serait-il pas pertinent de commencer par l'essentiel. Si l'on demandait seulement aux responsables de l'Education nationale, à tous les responsables,  de se pénétrer de la philosophie que porte cette loi aussi inachevée qu'elle soit, sans doute éviterait-on à certains de dire par exemple que les enfants qui ne peuvent apprendre comme les autres à cause de leurs déficits, de leurs difficultés, de l'accident de la vie, n'ont pas leur place dans une école faite pour apprendre !
 
C'est par eux qu'ils faut commencer. La loi porte sur en premier sur la non-discrimination de la personne. Ce principe ne saurait souffrir  d'exception, d'abord à l'école, creuset de l'édification des valeurs de la société,  sinon que faire des notions de participation et de citoyenneté ?
 
Formons le voeu que cette réflexion essentielle entre enfin au coeur des débats qui s'annoncent. Qui a dit que l'avancement d'une société se mesure à sa capacité à reprendre en son sein ceux qui s'en échappent. A moins de concevoir ladite société comme une centrifugeuse .....
 
A chacun d'en juger.
Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Questions de société