Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 18:06

Longtemps oublié, ce roman d’une lucidité à la fois drôle et glaçante, remarquablement traduit par Raymond Queneau, est réédité  Publiée pour la première fois en 1935, cette satire  peut sonner comme une mise en garde salutaire très actuelle pour tous ceux qui croient encore  que l’avènement d’un candidat extrémiste est Impossible ici.

Berzelius « Buzz » Windrip, leader politique charismatique qui affirme incarner les vraies valeurs traditionnelles américaines, défait ses concurrents, dont Roosevelt, en promettant de lourdes réformes économiques et sociales afin de restaurer la grandeur du pays. Très vite, les pulsions autocratiques du nouveau Président apparaissent au grand jour. Alors même qu’il expédie tous ses opposants dans des camps et qu’il met sur pied une milice paramilitaire, il continue de jouir du soutien de la majorité des Américains.

Sinclair Lewis (1885-1951) est le premier Américain à avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1930. Son œuvre s’attache à décrire la société américaine en dénonçant sa vulgarité affairiste et consumériste. Originaire du Minnesota, il est immergé dans cet univers de petites villes dont il fait la matière de ses romans. Très lu partout dans le monde, adapté au cinéma. Babitt (1922) est l'un de ses romans parmi les plus emblématiques.

Ce roman de 1935 pour la version américaine It Can't Happen Here,  traduit par Raymond Queneau, pour la version française, n'a pas la force littéraire d'un Orwell,1984 (1948),ou d'un Huxley, Le meilleur des mondes (1931) néanmoins sa lecture doit en être fortement recommandée. On peut comprendre que l'ouvrage semble peu aisé à trouver aux USA actuellement, en rupture de stick, dit-on. Profitons-en et pressons-nous de le lire tant qu'il est encore disponible ici.

 

"IMPOSSIBLE ICI" de Sinclair LEWIS
Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 10:07

BUAT, Nicolas, John Law – La dette ou comment s’en débarrasser, Paris, Les belles lettres, collection « Penseurs de la liberté », 2015, 263 p., EAN : 9782251399058.

John Law. La dette ou comment s'en débarrasser par Nicolas Buat
John Law. La dette ou comment s'en débarrasser par Nicolas Buat
Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 08:47

Signalée par notre ami Janjac, la pensée du jour :

"L"immobilisme est en marche et rien ne l'arrêtera"

Edgar Sandé alias Edgar Faure

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 15:15

Une lecture à recommander vivement

"Le gouvernement des émotions..." par Pierre Le Coz
"Le gouvernement des émotions..." par Pierre Le Coz
Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 14:36

Tous ceux qui apprécient Louis Beuve, et ceux qui ne le connaissent pas encore, trouveront dans cet ouvrage matière à réflexion. Albert Nicollet livre-là une étude sérieuse, objective, argumentée concernant le parcours assez atypique de ce Normand qui revendiquait haut et fort son identité. On a souvent prêté une approche folklorique à cet authentique amoureux de la Normandie, de sa culture et de ses lettres. Avec Albert Nicollet on rencontrera une autre personnage, profond, réfléchi, entreprenant qui avait, pour la langue normande, un profond respect. 

Un livre à recommander et à faire connaître édité par les éditions du Pucheux.

 

Albert NICOLLET, Louis Beuve, une passion normande, 1869-1949, Fontaine-Le-Bourg (76), Association Le Pucheux, 2013, 160 p., ISBN 9782918856207, 22 €

 

Louis Beuve par Albert Nicollet

 

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 11:06

 

 

« J’ai écrit ce livre, au départ c’était pour combattre les comparaisons entre des époques incomparables. Rien n’est plus absurde comme de juger, d’expliquer le passé d’après le présent. Rien n’est plus faux ni plus dangereux. Je ne sais comment on lira ce que j’écris ici, toujours est-il que, même contre mon sentiment, je ne peux empêcher le lecteur de se livrer à ce jeu que je réprouve ».

 

 

Louis Aragon, La Semaine Sainte, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1958, p. 597. 

 

La semaine sainte

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 08:28

" Et il donna un laissez-passer, signé de sa main, à M. Théodore Géricault, artiste peintre, qui se rendant dans la Manche, chez son oncle, M. Siméon Bonnesoeur, avocat à Mortain..." p. 834.

 

C'est ainsi que se termine un roman sans doute impossible à résumer et pourtant passionnant. "C'est" comme le précise la quatrième de couverture, le tableu de tout un peuple à un tournant de son destin, c'est l'immense poème épiqu d'une socité saisie de ses convulsions les plus caractéristiques. c'est une somme poétique, historique, romnesque, l'un des plus beaux livres d'Aragon."

 

Un livre à redécouvrir absolument. Cette Semaine Sainte est celle du 19 au 26 mars 1915. La France est de nouveaunpartagée en deux. Napoléon vient de débarquer et est déjà à Lyon. Il y a la France du passé qui fuit et celle de l'avenir pleine d'interrogations. Ce n'est pa sans rappeler d'autres périodes de l'histoire !

 

Louis ARAGON,La Semaine Sainte, Paris, Gallimard, "collection Folio", 1958, 835 p.

 

La semaine sainte

 



 


Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 11:00

"Au galop mes jours m'échappent, et en chacun d'eux je languis" 


Ainsi s'exprime Nicole, l'héroïne de cette nouvelle inédite de Simone de Beauvoir, page 88.


Simone de Beauvoir, Malentendu à Moscou, Paris, éd. de l'Herne, 2013, 137 p.

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 20:14
L’homme semence
L’homme semence

Violette Ailhaud

“L’homme semence” est un récit écrit en 1919.
En 1852, Violette Ailhaud est en âge de se marier quand son village des Basses-Alpes est brutalement privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de décembre 1851. Il s’écoule plus de deux ans avant qu’un homme n’apparaisse : « ça vient du fond de la vallée. Bien avant que ça passe le gué de la rivière, que l’ombre tranche, en un long clin d’œil, le brillant de l’eau entre les Iscles, nous savons que c’est un homme. Nos corps vides de femmes sans mari se sont mis à résonner d’une façon qui ne trompe pas. Nos bras fatigués s’arrêtent tous ensemble d’amonteiller le foin. Nous nous regardons et chacune se souvient du serment. Nos mains s’empoignent et nos doigts se serrent à en craquer les jointures : notre rêve est en marche, glaçant d’effroi et brûlant de désir. » Lire un extrait.

7e édition

Postface de l’historien Jean-Marie Guillon de l’université de Provence, membre de l’association 1851.

“L’homme semence” est interprété par le théâtre, le cinéma, le conte, la danse, la bande dessinée, la gravure.

VIOLETTE AILHAUD
Née en 1835, Violette Ailhaud est morte en 1925. “L’homme semence” est un récit écrit en 1919.
Pour la seconde fois en 70 ans, son village vient de perdre tous ses hommes. 

Produit en stock

Prix: 8,00 €

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 07:55

Albert Camus n'a jamais écrit une ligne de ce récit. Il l'aurait pu. Francis Huster lui prête sa plume pour lui rendre un hommage appuyé. 

A lire absolument. 

 

CAMUS Recto

                                                                               CAMUS verso                                                            

 


Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Mes lectures