Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 11:36

VIENT DE PARAÎTRE,

dans la collection  Études et Résultats,

 873, février 2014

Le 25 février 2014

 


Les médecins généralistes face au paiement à la performance et à la coopération avec les infirmiers

 

Sophie Massin, Alain Paraponaris, Marion Bernhard, Pierre Verger, Marie Cavillon, Fanny Mikol, Bruno Ventelou

Les conditions d’exercice de la médecine générale connaissent des évolutions importantes. Le paiement à la performance, généralisé depuis 2012, et la coopération avec les infirmiers, pratique encore à un stade essentiellement expérimental, sont deux dispositifs emblématiques.

 

La quasi-totalité des médecins interrogés à la fin 2012 dans le cadre du panel de médecins généralistes de ville déclarent avoir adhéré à la Rémunération sur objectifs de santé publique mise en place par l’Assurance maladie en janvier 2012, et 80 % d’entre eux pensent pouvoir en remplir la majorité des objectifs. En revanche, ils sous-estiment nettement la rémunération qu’ils pourraient percevoir grâce à ce dispositif.

 

Un tiers d’entre eux se déclarent favorables à des coopérations avec un infirmier sur une ou plusieurs tâches. Cependant, ce résultat est très sensible au mode de financement d’un tel dispositif : la coopération est nettement plus acceptée (dans les deux tiers des cas) dans un scénario où l’auxiliaire médical serait entièrement rémunéré par un forfait extérieur. Les tâches qui relèvent des compétences réglementaires du médecin telles que les prescriptions seraient moins volontiers déléguées à un infirmier, contrairement aux actes d’éducation thérapeutique ou de surveillance de la tension artérielle. 

 

Contact PRESSE : drees-infos@sante.gouv.fr  

 

Mission Publications-Diffusion
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques  (DREES) 
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 11:31

VIENT DE PARAÎTRE, dans notre collection  Études et Résultats,  867, février 2014    

 

Quand les jeunes n'habitent pas chez leurs parents : revenus et niveau de vie 

 

Environ quatre jeunes adultes sur dix, âgés de 18 à 25 ans, ne vivent pas habituellement chez leurs parents.Globalement plus âgés, plus diplômés et donc mieux insérés dans le marché du travail que l’ensemble des jeunes adultes, 84 % de ces jeunes dits « non cohabitants » ont perçu en moyenne des revenus du travail au cours de l’année précédant l’enquête (2005-2010).

Le caractère transitoire de leur situation et les difficultés spécifiques liées à la mesure de leur niveau de vie rendent moins pertinente la définition de la pauvreté monétaire : les jeunes non cohabitants apparaissent deux fois plus souvent pauvres monétairement que l’ensemble des adultes d’âge actif, mais ils n’expriment pas plus souvent que les 18-64 ans des difficultés à boucler leurs fins de mois.

Par rapport au reste de la population, les difficultés rencontrées par les jeunes non cohabitants se manifestent principalement dans les retards de paiement et les conditions de logement. Les non-cohabitants sans diplôme ou faiblement diplômés cumulent le plus de difficultés.

Contact PRESSE : drees-infos@sante.gouv.fr  
 

 

Mission Publications-Diffusion
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques 
 (DREES) 
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 13:17

VIENT DE PARAÎTRE, dans notre collection  Études et Résultats, n°864  janvier 2014    

 

 Les allocataires du RSA fin juin 2013

 

Le revenu de solidarité active (RSA) est entré en vigueur le 1er juin 2009 en France métropolitaine, se substituant au revenu minimum d’insertion (RMI), à l’allocation de parent isolé (API) et à leurs dispositifs d’intéressement. Étendu en septembre 2010 aux jeunes de moins de 25 ans sous condition d’activité antérieure, il est désormais applicable dans tous les départements et dans certaines collectivités d’outre-mer. Au 30 juin 2013, il est versé à 2 229 000 foyers allocataires dans la France entière.

Sous les effets différés du retournement conjoncturel observé à la mi-2011 et de la montée du chômage, tous les indicateurs connaissent une orientation défavorable. Le nombre d’allocataires du RSA croît de 6,9 % de juin 2012 à juin 2013, soit une hausse supérieure à celle des douze mois précédents (+3,1 %). Les effectifs du RSA socle augmentent plus vite que ceux du RSA activité seul, de 8,3 % pendant la même période en France métropolitaine. Les plus âgés et les 24-34 ans sont les plus touchés. Cette tendance traduit notamment la baisse des sorties du dispositif, avec une diminution des transitions du RSA socle vers le RSA activité seul. Enfin, le nombre d’allocataires du RSA jeune diminue de 18 % depuis juin 2011, du fait des conditions d’activité antérieure pour être éligible et de l’ajustement plus rapide de la situation des jeunes à la conjoncture.

Contact presse  :  drees-infos@sante.gouv.fr  
 

 

Mission Publications-Diffusion
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques 
 (DREES) 
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 13:05

 

Paris, le 9 janvier 2014

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Le Panorama des établissements de santé

édition 2013

 

Cet ouvrage rassemble les chiffres clés sur les établissements de santé français.  
 Il s’enrichit de deux études sur la tarification à l’activité et la structure des services d’urgence.

 

Le Panorama des établissements de santé, édition 2013 propose une synthèse des principales données disponibles pour l’année 2011 sur l’activité et les capacités des hôpitaux publics et les cliniques privées. Il présente également les chiffres clés sur les personnels et leur rémunération. Comme chaque année, l’ouvrage apporte un éclairage sur des activités spécifiques telles que la médecine, la chirurgie et l’obstétrique, la psychiatrie ou encore l’hospitalisation à domicile.

 

Dans une étude inédite, l’impact de la tarification à l’activité (T2A), instaurée en France en 2004 et déployée entre 2005 et 2008, est analysé en prenant en compte la concurrence créée par ce nouveau système de financement. La T2A a incité les hôpitaux publics à augmenter leur activité chirurgicale en gagnant des parts de marché sur les cliniques privées. L’effet est d’autant plus fort que la concurrence avec les cliniques est importante.

 

Le dossier « Les urgences hospitalières, qu’en sait-on ? » présente la structuration récente de cette spécialité au sein des établissements. Il dresse un état des lieux des 750 services d’urgences. Ces derniers recensent, en 2011, 18,5 millions de passages. Une enquête réalisée par la DREES en juin 2013 dans l’ensemble des services d’urgence permettra de mieux connaître ces services et les motifs de recours. Les premiers résultats seront diffusés au premier semestre.



Télécharger cette publication :

« Le Panorama des établissements de santé, édition 2013 », sous la coordination de Bénédicte Boisguérin et Gwennaëlle Brillault, Drees, Janvier 2014, 162 p.

 

 

Contact presse – DREES - Carmela RIPOSA : 01 40 56 88 84 - carmela.riposa@sante.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 18:00

VIENT DE PARAÎTRE, dans notre collection  Dossier Solidarité et Santé,n° 49, décembre 2013,    


 L’allocation aux adultes handicapés attribuée dans les départements

Bénédicte Mordier

Fin 2012, près d’un million de personnes perçoivent l’allocation aux adultes handicapés (AAH), minimum social destiné aux personnes en situation de handicap disposant de faibles ressources. En moyenne, la France compte donc 33 allocataires pour 1 000 habitants en âge de percevoir l’allocation. Cette proportion est élevée dans le Centre et le Sud-Ouest de la France, où nombre de départements comptent plus de 40 allocataires pour 1 000 habitants, et faible en région parisienne (moins de 24 allocataires pour 1 000 habitants en âge de percevoir l’allocation).

Afin de s’assurer de l’égalité de prise en charge des personnes handicapées sur le territoire, il est nécessaire de mesurer l’ampleur des disparités entre les départements et d’en comprendre l’origine. Durant la période 2008-2011, les trois quarts des disparités sont expliquées par des facteurs démographiques, socioéconomiques et sanitaires. Le quart restant peut notamment relever de différences d’appréciations et de pratiques entre les acteurs locaux. Au cours de la période récente, les disparités se réduisent légèrement.

 

 

 Contact Presse :  drees-infos@sante.gouv.fr  
 

 

Mission Publications-Diffusion
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques  (DREES) 
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 19:25

Smic : + 1,1 % au 1er janvier 2014

Publié le 16.12.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Le salaire minimum de croissance (Smic) doit être revalorisé de 1,1 % à compter du 1er janvier 2014. Le nouveau montant horaire brut sera porté à 9,53 euros au 1er janvier 2014 (contre 9,43 euros au 1er janvier 2013), soit 1 445,38 euros bruts mensuels sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires (contre 1 430,22 euros bruts, précédemment).

Le Smic avait été revalorisé de 0,3 % au 1er janvier 2013.

Le Smic correspond à un salaire horaire en dessous duquel, légalement, aucun salarié de plus de 18 ans ne doit être payé quelle que soit la forme de sa rémunération (au temps, au rendement, à la tâche, à la pièce, à la commission ou au pourboire...).

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:52

VIENT DE PARAÎTRE, dans la collection Etudes et Résultats,  858,  novembre 2013 

  

Les bénéficiaires de l’aide sociale départementale en 2012,
Françoise BORDERIES et Françoise TRESPEUX

    

Les départements ont versé, fin 2012, 3,6 millions de prestations d’aide sociale au titre de l’aide aux personnes âgées, aux personnes handicapées, à l’enfance, ou au titre de l’insertion. Ce nombre a augmenté de 4 % en un an, notamment du fait de l’accroissement du nombre de titulaires du revenu de solidarité active – RSA (+5 % en 2012) et, dans une moindre mesure, de celui des aides aux personnes handicapées (+3 % ) 

 

 

 Contact Presse :  drees-infos@sante.gouv.fr  
------------- 
Mission Publications-Diffusion
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques  (DREES) 
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:44

VIENT DE PARAÎTRE, dans la collection Etudes et Résultats,  857,  novembre 2013 

  

Les allocataires du minimum vieillesse : carrière passée et niveau de pension,
Nadine Barthélémy

 

Quatre bénéficiaires sur cinq perçoivent une pension de droit direct mais ont eu, pour la plupart, une carrière incomplète. Ils partent souvent en retraite pour inaptitude au travail ou invalidité. Avec l’amélioration progressive de la couverture des régimes, la part des bénéficiaires qui ont eu une carrière complète, notamment d’anciens exploitants agricoles, se réduit fortement chez les plus jeunes. A la fin 2008, le montant versé au titre du minimum vieillesse représente 40 % de la pension totale des bénéficiaires. La majorité d’entre eux touche,  entre 600 et 700 euros de retraite, minimum vieillesse inclus.  
 

 

Contact Presse :  drees-infos@sante.gouv.fr  
------------- 
Mission Publications-Diffusion
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques  (DREES) 
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 13:34

VIENT DE PARAÎTRE, dans la collection Etudes et Résultats,  852, Septembre 2013 

 

Les affectations des étudiants en médecine à l’issue des épreuves classantes nationales en 2012,

Pascal Godefroy (Drees), Odile Romain, Séverine Buisine et Pierre Laurent (CNG)

 

À l’issue des épreuves classantes nationales (ECN) de 2012, 7 207 étudiants sont entrés pour la première fois en troisième cycle des études médicales. Parmi la liste de postes ouverts par spécialité et par subdivision territoriale établie par les pouvoirs publics, 97 % ont été pourvus, au lieu de 90 % environ les années précédentes, à la faveur notamment d’une réforme adoptée en 2011 visant à réduire le taux d’inadéquation à l’issue des ECN. Seuls 251 postes sont restés vacants en 2012, contre 685 en 2011. En médecine générale, 95 % des postes ouverts ont été pourvus, contre 84 % en 2011.  


 
 
 
Contact Presse :  drees-infos@sante.gouv.fr  

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 17:37

 

Paris, le 24 juillet 2013

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 La santé dentaire des enfants,
un marqueur d’inégalités sociales

 

La DREES publie aujourd’hui l’étude « Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge ».

 

 

 

À l’instar du surpoids et de l'obésité, la santé bucco-dentaire reste un marqueur d'inégalités sociales dès le plus jeune âge. Si la situation s'améliore nettement depuis vingt ans, des disparités selon le milieu social des parents se sont maintenues tant sur l’état de santé bucco-dentaire que sur le recours au dentiste. 

 

Télécharger cette publication :

« Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge », par Lucie Calvet et Muriel Moisy, avec la collaboration d’Olivier Chardon, Lucie Gonzalez et Nathalie Guignon, n°847, Juillet 2013

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans Informations sociales