Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 15:57
La Revue de la Manche vient de paraître

La Revue de la Manche, tome 61, fascicule 246, octobre-novembre-décembre 2019, vient d’être livrée. Depuis de nombreuses livraisons, un louable effort dans la présentation avait été entrepris pour offrir aux adhérents et aux lecteurs une certaine clarification, particulièrement en troisième de couverture. Le mérite en revient aux équipes rédactionnelles. Le changement est intervenu avec le tome 56, fascicule 224, 2e trimestre 2014. La formule ancienne était pourtant claire et conforme à l’histoire.

Les trois premières lignes de la formule actuelle appellent cependant quelques observations. Elles sont rédigées de la manière suivante : « La Société d’archéologie et d’histoire naturelle du département de la Manche a été fondée en 1835. En 1958, elle est devenue la Société d’archéologie et d’histoire du département de la Manche (en gras dans le texte)».

La formulation donne à comprendre que la vieille société savante saint-loise, la Société d’agriculture, d’archéologie et d’histoire naturelle du département de la Manche[1], autorisée en 1835 et, après bien des atermoiements, officiellement réunie, pour la première fois, en 1837, ayant acquis un statut associatif en 1903, se serait dissoute, en 1958, dans une nouvelle association. C’est inexact et, à tout le moins, peu conforme à la vérité historique et à la réalité des faits.

Si ce n’était que maladresse rédactionnelle, elle aurait dû être corrigée depuis longtemps car, sur ce point, les rédacteurs en chefs successifs n’ont pas manqué d’être alertés, parfois avec insistance. Il n’en a pas été tenu compte. La persistance dans l’inexactitude finit par constituer une faute… ou exprimer une intention.

La formulation que proposait Yves Nédélec, le promoteur de la solution retenue en 1958 pour faire face aux difficultés budgétaires de publication du moment, avait au moins le mérite de la clarté. Qui, en effet, de mieux placé que l’archiviste pour trouver les termes justes afin de retracer une histoire dont il était l’un des principaux acteurs ? Le lecteur et/ou l’adhérent soucieux de vérité, à défaut de consulter les archives de la Société, se reportera à la présentation introductive, en 1959, du premier numéro de la Revue du département de la Manche. C’était sous ce titre que la revue a été initialement publiée. Ou encore aux Mélanges multigraphiés, « les publications de la Société d’archéologie et d’histoire naturelle de la Manche de 1851 à 1958 », Archives départementales de la Manche, 1974, p. 13.

La compréhension du présent gagne toujours à la lecture objective des faits du passé. C’est encore une question d’éducation et de culture. Ce sont des valeurs essentielles, fondées sur la raison, que Guizot conférait alors aux sociétés savantes. A l’appui de la démarche initiée en Normandie par Arcisse de Caumont quelques années plus tôt, Il n’a cessé de peser de tout son poids politique pour que ces sociétés savantes se multiplient et se développent à travers tout le territoire.

Puissions-nous ne jamais l’oublier.

Yves Marion

Fontaine-Etoupefour le 10 décembre 2019

 

[1] Le terme d’agriculture a disparu en 1933. Les nombreuses sociétés d’agriculture nouvellement créées faisaient davantage d’adhérents. Quant au concept d’histoire naturelle, il s’est vidé de son sens dès la fin du 19e siècle au profit d’une démarche historique plus positiviste.

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion - dans SAHM Saint-Lô