Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2019 1 16 /09 /septembre /2019 16:14

Je viens de relire Le meilleur des mondes. Aldous Huxley publia son  roman prémonitoire  en 1932. Vingt-six ans plus tard, en 1958, l'écrivain constatait dans son essai  "Retour au meilleur des mondes"  combien ses prédictions pénétraient les mœurs, plus rapidement encore qu'il ne le pensait.


« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

 Les remparts existent pour autant qu'on fasse confiance à l'éducation pour prémunir le citoyen de l'anesthésie chloroformés des hyper-communicants qui n'ont de cesse de vendre du faux-rêve à base de consumérisme, d'individualisme, de langage hyper connecté économie de marché qui donne une coloration "savante" ou "branchée", de "consulting", de "coaching", de storytelling , de "self fulfilling prophecy", de "benchmarking"ou autre termes anglais introduits à dessein, envahissant l'espace médiatique pour créer un écran d'ignorance.  La communication génère "l'ère du vide" si bien décrite par les philosophes éclairés quand elle n'est pas aux fondements de la production des idéologies dominantes bien analysées par Pierre Bourdieu et Luc Boltanski. La propagande, c'est la vraie lèpre de nos sociétés libérales dites avancées. Il faut savoir s'indigner et résister. Une éducation du jeune consommateur averti est, plus que jamais, urgente. L'école, les associations, les sociétés savantes et culturelles doivent en être les promoteurs. 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Yves Marion